Votre avis sur SUPINFO [Résolu/Fermé]

Signaler
Messages postés
8
Date d'inscription
lundi 7 avril 2008
Statut
Membre
Dernière intervention
22 juin 2008
-
 leo -
Bonjour ou bon soir pour certains mais bon je voudrait avoir différent avis sur une école d'informatique nommé SUPINFO car j'envisage d'y aller plus tard mais pour l'instant je suis indéssie sur mon choix car j'ai trouver dans un forum d'un autre site que cette école n'est pas top pou le prix qu'on paye! Je suis déja aller sur le site officiel mais il n'y que peu d'information, j'ai aussi ressue la brochure de l'école mais la aussi les informations sont maigre.
Donc j'aimerais avoir votre avis sur cette école.
Et si il y a des élèves ou des ancien-élèves qui font partit de cette école pourriez-vous me dire comment sa se passe là-bas!
Merci d'avance pour se qui me réponde!

24 réponses


Consultant indépendant, j'ai été contacté en 2008 par Supinfo pour enseigner la Business Intelligence en dernière année. Le sujet étant nouveau à Supinfo il n'y avait pas d'étudiant capable de l'assurer.
N'ayant pas d'a priori sur l'école j'ai accepté et ai assuré mes 40h de cours, avec un très bon retour des étudiants qui étaient satisfaits (et surpris.... ) d'avoir une formation "de qualité", pour reprendre les termes du directeur régional de l'école.
Le seul souci,et de taille, est que je n'ai pas été payé que d'une partie des heures effectuées, et encore à un tarif bien plus bas que celui proposé au départ ; j'ai terminé mes heures en mars 2009 et depuis rien, malgré de nombreuses promesses depuis le mois de mars! J'envisage à présent un recours pour récupérer les sommes dues, mais inutile de vous dire ce que je pense de l'école et d'un tel procédé, qui confirme plusieurs points abordés dans ce forum.
34
Merci

Quelques mots de remerciements seront grandement appréciés. Ajouter un commentaire

CCM 60511 internautes nous ont dit merci ce mois-ci

Il est vraiment dommage de lire de tels faits et ce qui est incroyable c'est que certains élèves qui sont à SUPINFO ne voient apparemment pas la vérité.
Comment peut t'on accepter d'être dans une école qui agit de cette manière ?
Je vous conseille d'envisager le recours.
De telles pratiques doivent cesser.
...
Messages postés
4
Date d'inscription
jeudi 8 octobre 2009
Statut
Membre
Dernière intervention
14 octobre 2009
> prof
Je suis d'accord sur le faite qu'il n'est pas accepable de ne pas être payé pour travail rendu.
Il me semble que ce souci de paiement n'a eu lieu que pour l'année 2008/2009 (problème avec des investisseurs et partenaire ayant changé leurs politiques il me semble suite à la crise).
Enfin bref, la nouvel année 2009/2010 annonce un certains nombres d'évolutions/changements (du positif, on en a déjà les effets dans notre campus), on a eu des communications en internes.

J'espère simplement que votre situation ce réglera rapidement. :(
>
Messages postés
4
Date d'inscription
jeudi 8 octobre 2009
Statut
Membre
Dernière intervention
14 octobre 2009

Hmmm... j'avoue que de savoir que la situation ne se reproduira pas en 2009/2010 ne m'apporte pas beaucoup de réconfort, j'en doute d'ailleurs même quelque peu.
Je donne par ailleurs occasionnellement des cours en école d'ingénieur ou en Master 2 à l'université, ai toujours payé même si c'est généralement 90/120 jours après.
Le directeur régional de Supinfo m'a avoué "sa honte" par rapport à une telle situation mais s'avoue impuissant pour la régler. Il est clair que même si j'obtiens ce règlement il est exclu que je retravaille pour Supinfo, et que j'ai bien évidemment propagé l'information auprès de mes collègues et amis formateurs "Free Lance"....
> Enseignant BI
Tout simplement car des investisseurs sont arrivé et que c'est eux qui gère directement les campus (par "zone")

Apparement, le souci venait de la hsbc qui avait des accords avec supinfo ( nottement pour baisser les frais de scolarité). La crise est passé par la, l'affaire madoff, et donc la hsbc à bloquer les vannes.

Resultat : de nouveaux investisseurs, et plus de partenariat exclusif hsbc ! Apparemment il s'agirait d'une sorte de franchise, ce qui permettrais nottement aux différents campus plus de liberté ( création de BDE hors SCO, de junior entreprise, etc.).

Les sct c'est finis (enfin ça change), retour des profs ou de formateur agréés, etc. etc. etc.
> IznoGooD
Bonjour à tous,

Je voudrais tout d'abord indiquer que je suis en 4e année à Supinfo Montpellier, que je viens

d'un IUT informatique et que j'ai obtenu la totalité de mes crédits, malgré une année

mouvementée. Je vais donc essayer d'argumenter impartialement, contrairement à la quasi

totalité des intervenants de cette discussion, sur le pour du contre d'être à Supinfo.

Exactement comme le décrivent tous les étudiants, l'année scolaire 2008-2009 a été parmi les

plus sombres de l'école.

Tout d'abord iCoach qui a été lancé en décembre 2008 et qui a quasiment donné le premier

semestre à tout le monde ; ma moyenne lors des partiels frôla le 19,90/20. Mais il est

important de rappeler que les étudiants se sont indignés de cette plateforme et dès sa

deuxième utilisation pour les partiels de fin d'année, les résultats s'en sont ressentis :

Moyenne mondiale en ADO.NET : 3 (j'ai eu 3,5) et moyenne mondiale en Mac OS X Server : 2,5

(j'ai eu 2). Le tout sur 20, il va s'en dire que ce sont des notes minables, mais qui

représente l'état d'esprit d'une majorité d'étudiants, qui après le premier semestre, ce sont

soulagés d'un fardeau en se reposant uniquement sur iCoach, ont une explication : Dans ces

deux matières, ce sont des étudiants-formateurs qui ont rédigés les QCM. Attention, encore au

sens de cette phrase : Cela représente 20% des matières enseignées.

Alors soit, utiliser des SCT pour rédiger ces QCM n'est-ce pas un peu facile plutôt que de

trouver de vraies questions, pour faire une véritable évaluation du niveau ? Encore une fois

cela dépens des cas : Je vais l'expliquer simplement en décrivant le fonctionnement du

logiciel SGES qui n'est en fait que le moyen de centraliser toutes les copies d'étudiants sur

un même serveur (démarche plus "verte" qu'en université pour le coup) et donc de faire gagner

un temps précieux sur les corrections. Argument pour la défense de SGES : Le fait de passer

les partiels sur un logiciel ne gêne en rien la pérennité de l'évaluation car tout est fait

pour empêcher de tricher. Sur ce point SGES est bien plus avancé qu'iCoach et possède une

certaine maturité. Donc sur la forme, ceux qui argumentent contre se sont tromper de débat,

mais pour ce qui est du fond, là c'est une autre histoire ! Les questions possèdent entre 4 et

6 réponses, les réponses fausses retirent des points, les bonnes en ajoutent et ne pas

répondre n'a pas d'effet négatif. Il y a à chaque fois 40 questions auxquelles on doit

répondre en 1h30 en moyenne. Et c'est vraiment là où le fond est critiquable : Certaines

matières "simples" comme l'anglais ou le management ne prennent que 20 minutes à parcourir

alors que les matières "sponsorisées" comme ADO.NET ou Mac OS X Server par exemple, ont été de

véritables "casse-pipe". Ces matières possèdent des "laboratoires", des communautés

d'étudiants passionnés et spécialisés dans une technologie en particulier. En fait en laissant

ces "geeks" établir les QCM, Supinfo a pris un risque. Je termine donc en justifiant les

moyennes très basses par deux simples exemples (je vais rester flou car moi même je ne me

rappelle pas des énoncés des questions) : Premièrement, en .NET, beaucoup de questions avaient

pas moins de 12 réponses potentielles donc 7 bonnes réponses. Je vous rappelle le principe de

SGES : Mauvaise réponse = Retrait de points. Ensuite en Mac, une question était posée de la

sorte : "Quel est le fond d'écran lors de la 3ème étape de l'installation d'un Xsan ?". Pour

conclure : Ces matières étaient insurmontables pour la plupart qui, comme tout le monde le

dit, doit garder en mémoire un programme lourd et très technique en moins de 2 jours pour être

évaluer 3 mois après sur des questions pièges ...

Il faut arrêter de dire que les professeurs sont tous des étudiants : En intelligence

artificielle, nous avons eu un cas extraordinaire à Montpellier : Notre formatrice (externe à

Supinfo car nous sommes en province) a arrêté de faire cours tant qu'elle n'a pas été payé,

l'affaire n'a pas été suivie à partir du moment où elle ne venait plus faire cours, je ne peux

donc pas vous dire si elle a eu gain de cause. Supinfo a tout fait pour que nous puissions

tout de même avoir cours : Remplacée au pied levé par le professeur référant en intelligence

artificielle à Supinfo Paris, nous avons finalement eu des cours de meilleure qualité avec ce

dernier, alors que sa prédécesseur avait moins de pédagogie que le plus mauvais des étudiants

-formateurs.

Ensuite vient le statut des BDE de chaque campus : Le SCO (Supinfo Community) est dirigé par

la maison mère à Paris. Chaque campus doit donc élire un comité d'étudiants volontaires pour

créer une plus grande cohésion entre les élèves : Dans la théorie, car privés de tout fond

commun, les BDE ont à leur charge les frais qu'ils génèrent. Et la pratique a montré que

plusieurs BDE sont restés à organiser la vie de l'école entre-eux et à l'opposé des besoins

collectifs. Pire, les traditionnelles soirées d'intégration ont justifié pour certains un

retour du bizutage. Je ne citerai pas de noms de Campus où ces cas ont été vus, mais à

Montpellier rien de tout ça n'a eu lieu : Les soirées organisées étaient bon-enfant, et notre

BDE c'est aussi attelé à organiser différentes activités qui ont réellement fédérées les

étudiants entre-eux. Cela dépend donc trop des motivations des BDE qui créent eux-même leur

association en parallèle de Supinfo pour pouvoir gérer une trésorerie sans rapport avec

Supinfo. D'ailleurs à Montpellier plusieurs initiatives ont été prises par le président du BDE

qui ont été remerciées par les hautes sphères de l'administration (lipdub, site communautaire

pour le campus de Montpellier, ...). Certains diront que cette administration exploite ses

étudiants en comptant sur leur mérite. Personnellement, j'ai remarqué que très peu d'étudiants

avaient remarqué que Supinfo a réussi à passer au travers de la crise sans faire perdre à ses

étudiants des partenariats forts (en en créant de nouveaux, ex : VMware), incitant

l'implication de ceux-ci dans la vie de l'école et dans des projets à caractère plus

personnel. La crise aurait pu causer de plus grands dégâts.

...Mais la crise ne fait pas tout : Il est clair que certains concepts innovants de l'école

ont fait "boiter" l'administration qui était déjà connue pour sa lenteur et son immobilité

face à l'ampleur du réseau international. Mr Alick MOURIESSE a repris l'école depuis 1999, et

ne cesse d'apporter des nouveautés à son école. Je ne sais pas si notre président (gourou

diront certains) est de notoriété publique, mais juger son travail uniquement sur ces échecs

et sur sa vie personnelle ne me semble pas très "fairplay" ...

Maintenant que nous avons critiqué, soutenu certains arguments, il est nécessaire de prendre

du recul comme le demandent certaines personnes nous appelant "victimes d'escroquerie".

1 - Parmi les étudiants sérieux, anciens dont la carrière est lancée et administration

débordée, aucun ne viendra perdre son temps à essayer d'expliquer en quoi l'école n'est pas

une escroquerie, car il est évident qu'elle n'en est pas une : Je ne dis pas qu'il y a une

gestion irréprochable de la comptabilité, mais le fait d'utiliser l'argent des inscriptions

pour rembourser les frais n'est pas un système pyramidal comme il a été dit. Ce sujet a été

créé et dressé par des opposants à Supinfo, et il faut donc relativiser sur tous les propos

tenus. Pour tous les coups bas je réponds : Il n'est pas impossible que Mr Alick MOURIESSE est

d'autres revenus que ceux de l'école et de ses satellites. La jalousie ne doit pas légitimer

la virulence de certains propos.

2 - Continuons à prendre du recul et regardons ce qui se passe ailleurs : Les autres écoles

construites sur un schéma semblable à celui de Supinfo, ou dont la vocation est l'enseignement

supérieur en informatique, adoptent ces mêmes concepts qui font de Supinfo une école innovante

: Laboratoires spécialisés par technologie, étudiant(-spécialiste)/(apprenti-)formateur, et

j'en passe car il y en a déjà assez. J'estime en plus que Supinfo est moins cher que ceux qui

jouent dans ce registre (1k € en moyenne) mais qu'il est évident que cela représente une somme

considérable pour un étudiant et sa famille.

3 - Élargissons encore notre périmètre et, cette fois-ci, en commettant la même erreur que les

instigateurs de pseudo-études sur Supinfo : J'ai travaillé avec des étudiants-stagiaires

provenant de différentes écoles-facs. Un jour, un des étudiants à l'université a décidé

d'appliquer une modification directement sur l'environnement de production, sans faire de

test. Cela va sans dire, l'environnement de production a été anéanti. Il a justifié que cette

façon de faire était celle que l'on lui avait apprise. Je serais donc tenté de refuser toute

collaboration future avec des étudiants en provenance de cette même université. Seulement,

cela s'appelle la généralisation ! Il est donc incroyable de la part d'universitaire, de

surcroit et qui se prétendent plus qualifiés que les SCT qu'ils démolissent alors que leur

pédagogie n'a été évaluée que par 5 personnes maximum, d'entendre "Je ne ferai pas confiance à

un étudiant sortant de Supinfo." C'est à la limite de la discrimination. Et quand on lis des

choses comme "Ils sont idiots de payer 5k € par an", alors que tout le monde paie pour

s'abonner aux FAI qui pratiquent la même politique d'alignement et d'ajustement des prix par

rapport à la concurrence que les écoles "d'ingénieurs" privées. Bref, c'est en lisant des

arguments tels, que l'on a envie de jeter l'éponge pour expliquer quoi que ce soit.

4 - Les sources de nos amis détracteurs sont les blogs d'étudiants. Après avoir lu ces blogs

et comparé avec les arguments cités dans la théorie de l'escroquerie, on s'aperçoit que très

peu de blogs sont la base du rapport (4 blogs au total) que les blogs de étudiants-formateurs

de Supinfo ayant propagé le mouvement de grève l'année passée n'est pas même mentionné, et

pour finir, seul 4% du contenu des blogs des étudiants sources du rapport, est péjoratif pour

l'école. Les 96% restants témoignent du bonheur de certain de pouvoir (enfin) travailler sur

les technologies qui les attirent ou pour d'autres, de la confiance dans l'école et son

diplôme (et non dans son administration).

Enfin, je vais devoir conclure car 4-5h ce sont passées sans que je ne pense au fait que mon

futur diplôme ne vaudrait rien, que je suis en train de perdre 3 ans de ma courte vie.

Pourquoi ? Parce que comme la grande majorité des étudiants j'ai compris que Supinfo n'étaient

pas une barque qui mène comme l'université, d'une rive à l'autre d'un fleuve, mais une fusée

qui propulse directement dans l'espace professionnel de l'informatique.

Ce qu'il faut retenir de mon interminable post (et je vous remercie de m'avoir lu jusqu'au

bout, courage c'est bientôt fini !) c'est que Supinfo (post-1999) est une école jeune qui a

quasiment rompu totalement avec la traditionnelle école d'ingénieur : La théorie n'est en rien

abandonné, et les seules matières qui auraient permise à l'école d'être reconnu niveau 2 en

formation d'ingénierie, ce sont les mathématiques et la physique-chimie. D'ailleurs il me

semble pas que Supinfo forme de chimiste, de mathématicien ou encore d'architecte, tout comme

les établissements publiques où travaillent les instigateurs d'une telle polémique. Il faut

donc arrêter de tirer à boulets rouges sur cette école qui n'est pas la vôtre juste parce

qu'elle ne plait pas à une partie de ces étudiants et surtout parce que ce n'est pas la vôtre.

J'aimerai maintenant que les débats s'élèvent et que les attaques personnelles cessent : Les

professionnels du marché des technologies de l'information ne passent pas leur temps à lire ce

genre de forum. Encore une fois, au lieu de passer du temps à tacler les autres, concentrez-

vous sur votre travail et vos projets personnels, car dans le monde actuel, on ne fait plus

attention d'où vous venez, mais ce que vous avez fait, qui est votre père (haha, je blague),

et surtout combien ferez-vous gagner d'argent à votre patron pour l'investissement qu'il fera

pour vous (salaire, formations ...).

Je termine par un conseil aux étudiants de Supinfo mais qui peut aussi être entendu par les

étudiants en informatique du privé comme du public : Aujourd'hui, très peu de patron vous

feront confiance si vous connaissez simplement une ou deux technologies très présentes dans le

marché. Ce qu'il vous faut ce sont des projets professionnels et surtout une grande capacité à

travailler en équipe. Supinfo, comme d'autres écoles, permet d'accroître ses connaissances,

mais l'école ne fait pas tout ! Personne ne vous donnera de projet parce que vous venez du

même endroit que cette personne. Ce sont vos initiatives qui feront la différence et qui

feront de vous des personnes accomplies. Un exemple pour conclure : Google n'a pas été créé

par un patron qui a guidé deux étudiants ... ce sont ces étudiants qui ont monté leur boîte.

Et grâce à leur formation initiale et le soutien de leurs anciens formateurs, ils ont réussi.

Je vous conseille donc d'utiliser tous les moyens que votre formation vous accorde sans vous

poser la question : Ai-je choisie la bonne école ? Une fois le premier montant débité, il est

trop tard pour revenir en arrière : La fusée que vous avez prise vous laisse le temps de

construire de quoi atterrir mais ne soyez pas bluffé par les commerciaux. Ce n'est pas l'école

qui va vous payer un salaire de 35k € par an une fois le diplôme en poche. Supinfo est comme

les autres écoles : Je lui ai fait confiance, je ne regrette pas.

Bonne soirée à tous !

Très cordialement
Messages postés
1
Date d'inscription
samedi 24 octobre 2009
Statut
Membre
Dernière intervention
24 octobre 2009

IL suffit de taper sur GOOGLE : "SUPINFO ARNAQUE" et vous verrez le vrai visage de SUPINFAUX, comme on l’appelle

Vidéo réalisée par des étudiants de Supinfo Montréal: http://www.dailymotion.com/user/supintox/video/x4uigy_supinf­o-supintox_school

Plaintes des étudiants SUPINFO :

http://www.ciao.fr/ESI_SUPINFO__Avis_1204888

http://experience-supinfo.blogspot.com/2006/11/20-jours-aprs-la-rentre-whats-up.html

https://forums.commentcamarche.net/forum/affich-5825179-votre-avis-sur-supinfo

SUPINFO ne veut pas rembourser les étudiants après leurs découvert dès le 1er mois d’une formation NULLE où 80 % des profs sont eux-mêmes des élèves de SUPINFO :

http://droit-finances.commentcamarche.net/...

Un professeur d’université enquête sur SUPINFO souhaitant stopper l’arnaque de cette école :

http://laveritesursupinfo.20minutes-blogs.fr/

SUPINFO en redressement judiciaire depuis 2003 (site officiel sur le statut des sociétés) :

https://www.societe.com/societe/stc-439678632.html

Un huissier de justice a fermé SUPINFO Lille :


http://img14.yfrog.com/i/imag0087f.jpg/

En tant diplomé de la promo 2008 de SUPINFO PARIS, [b]nous sommes plus de la moitié de promo à rechercher du travail depuis plus d’1 an (à part, quelques chanceux de notre promos qui ont trouvé du travail parfois en CDD avec un salaire misérable),/b peut être que la crise économique a mis le pendule à l’heure, [b]les employeurs ne veulent plus entendre de SUPINFO à cause de la mauvaise qualité de formation où 80 % des profs sont des élèves de SUPINFO, les recruteurs préfèrent souvent des universitaires à BAC+5 avec un diplôme Master en informatique ou des ingénieurs sortant d’une grande école d’ingénieur en informatique (type polytechnique, centrale Paris, Mines Paris, Télécom Paris, Supélec, INSA, ESIEE, qui délivre un vrai diplôme d’ingénieur), on dirait que le certificat délivré par SUPINFO ne vaut rien après 5 années de formation./b

Où sont les 100% d’embauches affiché sur le site SUPINFO, l’école nous raconte que du vent, c’est un coup de mensonge pour attirer plus d’étudiants et nos pauvres parents qui paient pour nous.

Mon père a payé 5 x 6000 Euros / an = 30 000 Euros à SUPINFO, à la rentrée 2008 l’école a baissé les frais de scolarité à 5000 Euros, [b]voici une école en dépôt de bilan et actuellement en redressement judiciaire depuis 2003 souhaite attirer plus d’étudiants en baissant les frais de scolarité, voir sur ce site officiel vous trouverez le statut en redressement judiciaire de SUPINFO, qui déclare un capital social de 38.120 EURO/b (le jour où SUPINFO déclare faillite, les étudiants peuvent tous perdent, c’est l’exemple de site de SUPINFO [B]Saint-Malo qui a fermé après trois ans d'existence, faute d'effectifs suffisants, SUPINFO à obliger les étudiants d'aller sur un site en province pour terminer leurs études.
/B

Beaucoup d’étudiants de 1ere année SUPINFO interrompent leurs études après 1 mois de formation, à cause de l’incompétence de ses profs ([b]80% des profs sont des jeunes élèves de SUPINFO à BAC+3/b, dont j’ai fait parti sans avoir une expérience pédagogique, on n’a eu aucun profs de la Fac ayant un doctorat car ça leur coute trop cher pour les payés).


Les profs vacataires de SUPINFO sont souvent absents, l’école nous tient au courant à la dernière minute, il y a des jours voir une semaine où on n’a pas cours, les étudiants deviennent complètements démotivés.


Voici un exemple de CV des élèves de SUPINFO qui donnent des cours dans cette école avec un BAC+3 de SUPINFO (Bonjour la qualité de formation et les compétences pédagogique avec des profs à l’âge de 21 ans).

http://almoh.com/supinfo/?page=cv Etudiant et prof à SUPINFO à BAC+3

https://www.doyoubuzz.com/pierre-jollet Etudiant et prof à SUPINFO à BAC+3

http://www.cv.com/cv-cvtheque/candidat-4556566.htm PROMO 2008 à la recherche d’emploi


[b]Lorsqu’un élève-prof de SUPINFO nous dispense un cours, la majorité des étudiants joue aux jeux vidéo ou communique par MSN ou facebook, on s'ennuie et le prof aussi à cause de ses incompétences, on perd souvent notre temps par manque de sérieux dans la classe/b


Puisque les recruteurs ne veulent pas prendre un informaticien avec un an de chômage, nous avons voulu mettre à jour notre CV de SUPINFO, [b]moi et mes collègues nous avons voulu s’inscrire à la FAC dans des Masters informatique ou doctorat, aucune université nous a voulu nous prendre personne n’a été admis, nous nous sommes rendus compte que le certificat de SUPINFO n’est pas un diplôme de Master délivré par l’éducation nationale comme à l’université pour pouvoir poursuivre des études supérieures et la prof de la Fac savent que SUPINFO à une mauvaise réputation./b

Aujourd’hui, puisque nos parents sont arrêté à croire aux écoles privées de genre SUPINFO, nous avons recherché au pole emploi (EX ANPE), de poursuivre gratuitement une autre formation certifié comme celle de SUPINFO (on a trouvé des tonnes des écoles privés délivrant ces certificats niveau I ou II comme celle de SUPINFO), mais l’ANPE a refusé de nous les accorder puisque nous n’avons pas d’ASSEDIC (pas d’indemnité du chômage).

Toute les certificats pour les demandeurs d’emploi sur : http://cncp.gouv.fr/CNCP/


Nous sommes perdus et nous ne savons pas quoi faire, car les recruteurs ne prennent pas les diplômés avec un 1 an de chômage, nous envisagions se reconvertir dans un autre domaine.


On a tout perdu l’argent + pas diplôme pour poursuivre des études après SUPINFO

Plusieurs étudiants de SUPINFO ont espéré intégrer la FAC avant la fin du cursus, SUPINFO n’a pas pu leur donner des attestations car ils ne délivrent qu’un certificat à la fin du cursus après BAC+5 à SUPINFO, donc aucune équivalence de diplôme LICENCE OU MASTER, [b]ce qui explique que SUPINFO n’a pas de partenariat d’échange d’étudiants avec d’autres universités ou écoles publiques, à cause de sa mauvaise réputation dans le monde universitaire. /b


A SUPINFO, une fois nos parents avance l’argent, après 2 mois de formation on se rend compte que la formation est NULLE, dans ce cas c’est impossible de demander le remboursement et de faire marche arrière, c’est l’erreur que nous avons fait, par conséquent nombreux étudiants arrêtent leurs formations dès le 1 er mois, car ils sont alertés par les anciens de SUPINFO, ils ont entamé des poursuites judiciaires pour à récupérer une partie des frais de scolarité :

[b]BAC+1 à SUPINFO = 0 diplôme = Faculté non admis

BAC+2 à SUPINFO = 0 diplôme = Faculté non admis

BAC+3 à SUPINFO = 0 diplôme = Faculté non admis

BAC+4 à SUPINFO = 0 diplôme = Faculté non admis

BAC+5 à SUPINFO = 0 diplôme = 1 certificat = Faculté non admis/b


[b]Après BAC+5 à SUPINFO aucune possibilité de poursuite d’études à la FAC même pour refaire une Licence en informatique.
/b


[b]Un certificat n’est pas un diplôme, car il ne porte pas le nom d’un Master en informatique avec le tampon de l’éducation nationale (comme à l’université), mais juste un certificat avec le tampon de SUPINFO.
/b

[B]Ce qui explique que SUPINFO n'est pas une école d'ingénieur agréé par l'éducation nationale pour délivré le diplôme d'ingénieur (voir la liste des écoles d'ingénieurs privées et publiques agrée l'éducation nationale Française: https://www.cti-commission.fr/ ), depuis sa création en 1965, SUPINFO surfe sur le non école reconnue par l'État= n'importe quelle école crée en France est obligé d'être reconnu par l'état sinon elle n'aura pas l'autorisation d'ouvrir, par contre depuis son existence SUPINFO n'a obtenu qu'en 2006 la délivrance d'un titre certifié par la formation professionnelle= Pas de diplôme agrée par l'éducation nationale (SUPINFO joue sur les mots), avant 2006 SUPINFO à rêver de devenir une école d'ingénieur comme ESIIE ou EPITA, et depuis SA création et sa mauvaise compétence dans l'enseignement AVEC des prof-éleve de SUPINFO à BAC +3, n'a obtenu que ce certificat en 2006 qui ne vaut pas un MASTER./B

C[B]e qui explique que l'école SUPINFO n'a aucun partenariat universitaire, aucune université n'accepte un échange des étudiants avec SUPINFO (formation bidon, certificat après bac+5 à l'école et non un diplôme d'ingénieur ou Master, formation nulle, des profs-élèves à l’age de 21 ans et incompétents, pas de recherche scientifique, pas de chercheurs, pas de profs permanents pour rester proche aux étudiants), SUPINFO=Société qui paye énormément d’argent dans la publicité mensongère à la télé, radio, journaux pour attirer notre attention et celle de nos parents pour payer l’école./B

Regarder n’importe quel site d’école d’ingénieur ou d’université en France et vous constater qu’il n’y a aucune publicité, car l’école se reconnue par sa qualité de sa formation et par le mérite de ses étudiants avec des bonnes notes au BAC (14 ou 16/20 au BAC)

[B]Une vraie grande école n’a pas besoin d’autant de publicité dans les télés, journaux, radios, FORUM, et dépensé autant d'argents pour capter l'intention des élèves et nos pauvres parents pour faire croire que SUPINFO est Leader en France. /B

[B]L’objectif de SUPINFO est de réaliser les chiffres et d'accepter le maximum d'étudiants souvent perdus dans leur scolarité avec juste la moyenne au bac (10/20) sans sélection de rigueur./B

SUPINFO après son annonce de faillite et son redressement judiciaire en 2003, souhaite avoir le maximum d’étudiants=maximum de chiffres d’affaires sans assurer une bonne qualité de formation, une fois les chiffres ne sont pas réalisés, ils fermeront le site SUPINFO qui ne marche pas (merci la qualité de formation, les pauvres étudiants qui peuvent tout perdre le jour au lendemain), c’est le cas de SUPINFO Saint-Malo après trois ans d'existence, faute d'effectifs suffisants, l’école a fermée.

SUPINFO c’est plutôt la cata
C’est grave. Ils ne sont pas sérieux.
On est un certain nombre de regretter d’avoir choisi SUPINFO.
L’école SUPINFO est pleine de promesses qui restent des promesses.
Les bureaux à l’international c’est du flan.
Les étudiants de SUPINFO les appellent SUPINFO = SUPINFAUX, SUPINTOX


[B]Le meilleur conseil que je donne aux étudiants avant de rentrée dans n’importe quelle école privée/B, rencontrer les anciens promos pour savoir la qualité de la formation et l’avenir de ses étudiants, méfiez vous de la publicité à la télé ou journaux du genre SUPINFO = 100 % d’embauche :


[B]1- Demander le diplôme délivré, Est-ce bien Licence ou Master (pas de master européen c’est une autre arnaque) ou un diplôme d’ingénieur (arrêter de croire à l’appellation SUPINFO= Ecole d’ingénieur c’est du vent car il ne délivre pas de diplôme d’ingénieur)

2- Intégrer la Fac car les recruteurs les préfèrent puisque uniquement les étudiants méritants qui réussissent, ou à la limite une école privée qui délivre un vrai diplôme d’ingénieur et qui a des partenariats avec des grandes universités avec la possibilité d’obtenir un double diplôme (Master ou diplôme d’ingénieur)/B.


Bon courage mes amis SUPINFAUX (1ere dans le classement des ARNAQUES), que la force soit avec vous.

[B]Attention, n’utiliser pas le forum interne de l’école http://www.supforum.net/ géré par un administrateur informatique de l’école, leur FORUM permet de contrôler l’image de l’école, car les étudiants de SUPINFO qui veulent déposer plaintes sur leur site verront leurs messages supprimer par l’administrateur du forum (on avait déposé plainte moi et mes amis de SUPINFO, nos messages ont été supprimés le jour même), en plus la majorité des discussions sur leurs forums est mensongère souvent crée par les personnels de SUPINFO pour attirer l’intention des nouveaux étudiants./B


Vous allez remarquer sur des FORUMS externes, des répliques des personnels de SUPINFO, afin de ne pas dévoiler le vrai visage de SUPINFO et souvent ces la même personne qui répond en créant un nouveau pseudo (profil à 1 seul message) et en se mettant dans la peau d’un étudiant afin d’attirer plus de jeunes candidats.

[B]SUPINFO à payer un gros chèque à un sondeur afin d’arriver à l’entête du classement des écoles d’ingénieurs (comme les gros chèques payés aux magazines, journaux et télé pour publier leur article), c’est un coup de publicité mensongère pour changer la MAUVAISE réputation de SUPINFO.
/B

https://www.supinfo.com/fr/tns_sofres_2007.aspx


[B]Voici, le vrai classement des écoles d’ingénieurs en France (SUPINFO ne pourra jamais apparaitre dans le classement des grandes écoles publiques ou privées, car il ne délivre pas un diplôme d’ingénieur),

Chaque année les écoles d’ingénieurs sont évaluées par http://www.letudaint.fr

sur des critères bien définis SANS FAVORISME SANS QUE LES ECOLES PAYENT CE SERVICE :/B


[B]PALMARÈS 2009 DES ÉCOLES D'INGÉNIEURS APRÈS PRÉPA

https://www.letudiant.fr/palmares/liste-profils/palmares-des-ecoles-d-ingenieurs/palmares-des-ecoles-d-ingenieurs-faites-votre-classement-personnalise/home.html


PALMARÈS 2009 DES ÉCOLES D'INGÉNIEURS APRÈS BAC :

https://www.letudiant.fr/palmares/classement-ecole-ingenieur-apres-bac.html
/B

Vous constatez que SUPINFO ne figure jamais (même en fin de liste) à cause de leur incompétences de délivré un vrai diplôme d’ingénieur (contrôlé par l’état CTI = la commission des titres d’ingénieurs) et la mauvaise qualité de formation (des élèves de 3 ème année SUPINFO donnent des cours aux étudiants SUPINFO sans aucune compétences, le jour de l’examen les notes sont distribué n’importe comment !)


SUPINFO n’a pas la qualification pour devenir une vraie école d’ingénieur en délivrant un vrai diplôme où le nombre de places est très limités par une décision de l’état, en plus SUPINFO à intérêt de rester SUPINFAUX, afin d’avoir le maximum d’étudiants = maximum de chiffres d’affaires.

On a l'impression que c'est plus une énorme boite à fric qu'une école; et qu'en gros on "achète" le diplôme, c’est pour cette raison les recruteurs ne font plus confiance à ce genre d’école privée.


SUPINFO raconte une énorme blague sur l’impossibilité de délivrer un diplôme d’ingénieur, « comme quoi n'a pas souhaité faire de démarche auprès de la Commission des titres d'ingénieurs pour pouvoir garantir à ses étudiants un programme comportant une part très importante d'informatique dès le cycle préparatoire ».


C’est un mensonge total, car toute les écoles privées s’arrachent les cheveux pour devenir un jour école d’ingénieur agrée CTI, comme récemment EPITA qui devient une vraie école d’ingénieur CTI après 10 ans des démarches et qui rentre dans la cour des grandes écoles.


Regarder l’exemple des écoles d’ingénieur privées qui arrivent entête du classement par la bonne qualité de sa formation et des notes aux BAC pas moins de 12/20 après un vrai concours d’entrée : CPE Lyon, ESIEE Paris, EPF - Sceaux, ISEP - Paris, ESIGELEC

Ces écoles sont très demandés par les recruteurs, car le nombre de diplômés par an ne dépasse pas 100, que les étudiants méritants arrivent à intégrer ce genre d’école même si elles sont payant (entre 4000 – 7000 Euros/an)


https://www.letudiant.fr/palmares/classement-ecole-ingenieur-apres-bac.html


Même une grande école connue comme ESIEE Paris (4 eme du classement des grandes écoles d’ingénieurs, voir lien dessus), n’arrive pas à atteindre 100 % d’embauche, dont 80% avant la fin des études et un salaire minimum de 35 000 Euros (comme indiquer sur le site SUPINFO), voici un exemple de mensonge de SUPINFO pour attirer plus d’élèves où le diplôme en l’obtient en passant des examens sous forme de QCM où la présence au cours n’est pas obligatoire :


Voici l’enquête 2009 de l’école d’ingénieur ESIEE :


http://www.esiee.fr/emploi/index.php

La demande de SUPINFO pour délivrer le diplôme d’ingénieur sera automatiquement rejeté auprès de la commission des titres d’ingénieurs par la mauvaise qualité de sa formation, manque de prof docteur compétents et manque des salles machines équipées (d’où l’idée que SUPINFO nous oblige d’avoir un portable pour étudier)


Puisque SUPINFO souhaite avoir le max d’étudiants inscrits dans le monde= max de rentrée d’argent, elle n’a pas intérêt de faire sa demande auprès de CTI, cette commission des titres d’ingénieurs autorise un nombre de places limités avec impossibilité de délivrer le diplôme d’ingénieur en dehors de la France.
en faite si vous avez des questions sur supinfo, est que vous voulez les poser à de VRAI étudiant, c'est ici que cela se passe :

http://www.supforum.net
On est content pour toi d'être content de ta belle école Supinfo, mais ce n'est pas le cas de beaucoup d'étudiants de cette école. Pourquoi? Cette école est une escroquerie et c'est qu'une question de temps avant que l'Education Nationale ne découvre la supercherie.

Quand on paye ses frais avec l'argent des nouveauc étudiant, on fait dans le systeme pyramidal.

quand cet argent ne suffit plus, on baisse les frais de scolarite de 1000 euros pour attirer encore plus d'etudiant et pouvoir continuer plus longemps

quand ça suffit plus on avance le paiement des frais de scolarite, ce qui fait qu'aujourd hui un etudiant Supinfo avant meme de terminer son annee, avant même de savoir s'il peut passer en annee superieure ou pas, supinfo l oblige deja a envoyer des cheque, qui finissent le plus souvent a etre encaisse prenaturemment par Supinfo pour renflouses ses caisses! Voir http://experience-supinfo.blogspot.com/2007/10/supinfo-les-rois-de-lencaissement.html

La preuve en est que Supinfo ne paye plus les salaires de certains profs, ne rembourse plus les frais de ses formateurs, et n'arrive meme plus a payer ses locaux. Resultat? Expulssion de Lille. SUpinfo expulsee de lille sur ordre d huiissier! http://img14.yfrog.com/i/imag0087f.jpg/

Cette école est une arnaque, et c'est ses propres étudiants qui le disent, pas ceux qu'on obligent a dire du bien de leur ecole pour gagner un ou 2 points de participation :)
Messages postés
4
Date d'inscription
jeudi 8 octobre 2009
Statut
Membre
Dernière intervention
14 octobre 2009

Non mais n'importe quoi.
"on fait dans le systeme pyramidal. " C'est tu ce qu'est une systeme pyramidale, je ne crois pas ( tien un lien utile : https://fr.wikipedia.org/wiki/Vente_pyramidale )
Le dernier exemple de ce système était l'affaire madoff.

"mais ce n'est pas le cas de beaucoup d'étudiants de cette école"
>>> statistique?
Vas sur le forum supforum et poste un sondage (il y a près de 1300 étudiants inscris dessus, tu pourras avoir un ordre d'idée) plutôt que de dire des suppositions.

"http://img14.yfrog.com/i/imag0087f.jpg/"
>>> Es tu au courant de ce qui c'est passé? De la teneur de cette expulsion. Il existe d'autres moyens que le non paiement du loyer pour exulser quelqu'un.

"pas ceux qu'on obligent a dire du bien de leur école pour gagner un ou 2 points de participation :)"
Gné?????????????

Alors c'est bien d'être critique, c'est mieux quand on apporte des éléments et que l'on construit son argumentaire(cela s'apprend au lycée si je ne m'abuse).
Les mecs faut arrêter de dire qu'une majorité d'étudiants à SUPINFO pense que leur école est une "arnaque", pour reprendre un terme précédemment utilisé... Comme l'a dit momo, c'est une très petite minorité qui s'efforce de ternir l'école sur le net !
Bonjour GCaesar,

En tant que (très) ancien, il est toujours bon de voir quelqu'un défendre son école. Je ne vais pas détailler l'intégralité du texte qui amène à plusieurs questions mais cependant deux points importants :

1) Le texte que tu viens d'écrire amène à penser que Supinfo est là pour faire des "bons outils" directement employable par l'industrie informatique et ce n'est pas bon. En effet, lorsque tu dis qu'un patron ne te recruteras pas sur "1 ou 2 technologies", cela signifie pour moi qu'il te considère comme un technicien et pas comme un ingénieur et que l'on te demandera avant tout de "pisser du code" plutôt que de concevoir. Lorsque l'on pose une question à l'embauche comme "Connaissez-vous le C++", tu devrais te dire déjà qu'il y a un problème et que ce n'est pas une question que l'on poserait à un ingénieur provenant d'autres écoles d'ingénieurs que je ne citerai pas. Même certains diplômés d'écoles de commerce connaissent un langage qui est vu comme utilisé Word ou Excel aujourd'hui. Ta réponse devrait être que tu connais la conception orientée objet et les méthodologies associées donc que tu peux concevoir n'importe quel programme objet en C++, Smalltalk, Objective C, Python ... bref la technologie importe peu et c'est ce que l'on doit vous enseigner et arrêter de "vous faire croire" (si c'est le cas) que la connaissance de toutes ses technos est directement liée à votre future job. Il faut que Supinfo sorte de cette vision de "techniciens à bac+5" qui transpire dans ce forum. Je pense que c'était plutôt le fond de ta pensée car sinon, il est effectivement inutile de faire 3 ans d'école pour passer des certifications. L'industrie te les proposera sans problème.

2) Tu cites l'exemple de Sergey Brin de Google que je connais bien. Tu vises un peu haut tout de même cependant il serait une bonne idée de référencer l'évolution ou les créations innovantes des anciens Supinfo et de les comparer à l'après 1999. Peut-être une idée à faire passer au responsable anciens de l'école ?

PS: Juste pour info, lorsque tu écris : "Les professionnels du marché des technologies de l'information ne passent pas leur temps à lire ce genre de forum" ... je peux t'assurer que tu trompes. Je parle en connaissance de cause ;)
Bonjour Momo,

Je suis assez d'accord avec ChrisM. Je ne mets pas en doute la bonne volonté des élèves formateurs, mais j'aimerais bien savoir si ils sont encadrés ? Je ne sais pas comment un élève, en cours d'étude, pourrait avoir la maturité suffisante pour enseigner les "Pattern Design" ou les principes, même de base, de l'intelligence artificielle par exemple. Je ne pense pas qu'il aurait suffisamment digéré les concepts sous-jacent pour ler enseigner de façon pédagogique. Je veux dire qu'il faut déjà un certain nombre d'heures de pratique pour qu'un professionnel soit averti. De plus, enseigner est un métier. Ce n'est pas uniquement expliquer les choses, c'est aussi savoir comment les faire passer, sentir la détresse chez un élève, choisir les mots et les métaphores pour présenter des problèmes complexes. C'est déjà difficile pour les gens qui font l'IUFM alors j'imagine pas pour des étudiants en formation. Si l'enseignement de ces "cracks" se limite à l'hermétisme de leur langage et leur connaissance, qu'est-ce qu'apprend la classe ? De plus, comment pouvez-vous être sûr que ce sont des cracks, les classes ne sont peut être tout simplement pas à niveau ?

Je pense que ce genre d'enseignement est possible si ce dernier se borne à de la technique. Or oui les entreprises sont très contentes d'avoir des techniciens, mais vous avez choisi de devenir ingénieur, qui plus est, vous payez très cher pour cela. Le métier d'ingénieur en informatique, croyez-moi, est très différent de celui de programmeur.
C'est dommage ... je suis un ancien de l'école du temps où elle était rue Carnot à Montreuil. Il y avait à l'époque quelques problèmes de moyens mais nous avions en revanche des cours de qualité. Un peu de physique (3h par semaine) et une dizaine d'heures de maths en prépa 1 et 2. Puis stats avancées et maths du signal en 1A. Mais surtout ... énormément de cours d'info théoriques et appliqués: IA, Lisp, Prolog, C, Conception Objet, Sécurité, Système, Electronique numérique, Conception et modélisation, Assembleur, Compilation, Architecture des ordinateurs et j'en passe ... Des projets à gogo et bien encadrés. Des profs sensationnels, certains provenant de Paris VI et des chercheurs (INRIA notamment).

C'est bien fini maintenant ... je ne reconnais pas mon école et qui comportait de vrais passionnés qui cherchaient à comprendre la machine et les théories associées.
Cher Momo

Je comprends votre passion pour votre école et le discours quelque peu emporté que vous tenez mais il n en reste pas moins que je ne parle pas de capacités ou d'incapacités de certains élèves mais d'un fonctionnement de l' école qui sur le plan pédagogique peut revoir sa copie et qui sur le plan financier peut également revoir sa moralité. Enfin, si je peux me permettre, je m étonne du nombre de fautes d'orthographe figurant dans votre message ... Pour quelqu'un qui se destine à un poste à responsabilités : rédaction de rapports, présentations powerpoint, ... Ma position sur cette école est une réalité. Elle ne vous contente pas, certes, mais elle a le mérite de permettre aux personnes qui s'interrogent sur leur devenir et sur un choix possible vers SUP-INFO de bien peser ce dernier.
Tu sais SUP INFO ça été bien, mais depuis quelques temps c’est plutôt la cata !
C’est grave. Ils ne sont pas sérieux.
On est un certain nombre de regretter d’avoir choisi SUPINFO.
L’école SUPINFO est pleine de promesses qui restent des promesses.
Les bureaux à l’international c’est du flan.
Je t’invite à regarder la réalité de SUPINFO vu par ses étudiants sur les sites suivants.
http://video.google.fr/videoplay?docid=1361440643193992287&q=supintox&total=1&start=0&num=10&so=0&type=search&plindex=0

https://forum.hardware.fr/hfr/EmploiEtudes/Etudes-Orientation/supinfo-international-university-sujet_24037_1.htm

https://openclassrooms.com/forum/categorie/vos-etudes


Le bureau de Montréal est vraiment à voir … Et en chine c’est pas mieux …
SUPINFO, = SUPINFAUX, SUPINTOX Ce sont les étudiants de supinfo qui le disent …
Messages postés
1
Date d'inscription
mardi 13 octobre 2009
Statut
Membre
Dernière intervention
13 octobre 2009

+1 Vivigeos PARFAITEMENT résumé
Avis perso? (dc il n'engage que moi) supinfo, c'est de la *****
Enfin je suis plus orienté développement... les réseauteux trouveront peut etre plus leur compte!
J'étais sur Lyon, et j'ai donc quitté cette "garderie", où en plus la plupart des élèves se prennent pour des cracks, mais jouent à CS pendant le cours... disons que je m'attendais à voir des gens sur leur projet, qu'on tentent divers expériences, etc... bref je m'attendais à une compétition positive qui nous tire vers le haut ... la j'ai l'impression d'acheter un diplôme qui n'a de valeurs que par les partenariats avec différentes entrepises ... mais ce n'est que du bizness tout ca, pas une vraie école!
Attention aussi, diplome non reconnu par la cti, et qui ne le sera jamais! Et même s'il ne vaut pas rien non plus, il n'arrive pas à la cheville d'un dimplome ingé de l'insa, ou même d'un master info à la fac
Bonjour, je suis en 4em année et je suis d'ailleurs l'un des eleves-formateurs dont parle LinuxFR.

Cette personne dresse un portrait bien sombre de notre école et fait d'ailleurs partie de la minorité de gens qui passent leur temps à se plaindre de SUPINFO partout sur le web.

Concrètement, en parcourant les forums c'est que developpez.com, commentçamarche clubic etc, on retrouve toujours ce genre d'individus prêt à larcher de fausses vérités pour cracher toujours plus sur l'école.
Mais en réflechissant plus loin ? Combien d'eleves à SUPINFO ? Et sur cette totalité, combien ont quitté l'école et se plaignent à qui veut bien l'entendre sur le net ?

Un pour cent ? Aller disons 5% pour être gentil.
Et pourtant ça suffit pour que de nombreuses personnes relayent ces conneries et ces exagérations que pondent les quelques branleurs qui n'ont pas réussi leur année et trouvent tout à un tas d'excuses à mettre sur le dos de SUPINFO.

Je trouve vraiment tout ça dommage, et je le dis et l'afirme : mon parcourt n'a pas toujours été rose dans cette école, j'ai moi aussi quelques raisons de me plaindre de l'administration, mais en faisant le bilan des quelques années que j'ai déjà passée à supsup comme on dit, ben c'était surement mes 3 plus belles années.

Alors pour faire taire un peu tout les médisants sur la question des SCT (les éleves-formateurs), parceque ce sujet me tient à coeur.
Oui, il arrive que certains SCT soient en 2eme année, ça peu paraitre peu mais pour donner des chiffre, on en trouve environ 1 à 2 par ans sur environ 300 SCT.
Car la selection est dure, et croyez moi ces gars là c'est vraiment des crack ! Et ils en connaissaient beaucoup avant même de rentrer dans l'école.

Alors c'est vrai parfois on trouve des mecs qui sont passés entre les mailles du filet, qui sont là que pour les avantages financiers. Mais très honnêtement ce sont quelques cas isolés. Les élèves-formateurs à SUPINFO sont avant tout des passionnés !
Et puis je préfère ça à vieux mec bardé de diplômes qui rabâche les même cours depuis 10 ans, qui en a marre de voir la gueule de petit cons de 20 ans, et qui en plus n'est pas à jour sur les nouveautés des technologies qu'il enseigne (non je ne vise presque pas certains profs de BTS).

La conclusion de tout ça c'est que SUPINFO c'est une école jeune ! Le maitre mot est le dynamismes, alors ne vous attendez pas à être chouchouté et à rester dans un univers lycéen où on s'assoit à sa table et prend des notes. C'est un cap à passer, mais il faut aussi apprendre à grandir dans sa tête et à travailler parce qu'on veut savoir des choses, pas juste pour l'éval à la fin de la semaine.

c'est dommage il y avait une porte ouverte sur paris le week end dernier.

C'est une très bonne école, qui par la reconnaissance du marché tu permettra plus tard de bosser un peu partout.
Si tu as le budget, faut pas hésiter. Sinon si tu recherche à te certifié, isico sur paris est pas mal
Messages postés
8
Date d'inscription
lundi 7 avril 2008
Statut
Membre
Dernière intervention
22 juin 2008
9
Merci beaucoup de ton avis et du conseil Christophe!
Je vais entreprendre d'apprendre plus de choses sur l'informatique pour pouvoire y renter plus tard car je pense m'y engager dans 2ans.
Mais petite questions comme sa est-ce que quelequ'un qui est déja là-bas peut me dire comment sa se passe là-bas:
comment se passe les cours, quels sont les conditions de travails demander, est-ce que ces durs, est-ce qu'il y a vraiment des stages proposer aux élève une fois par semaine?...
Merci d'avance pour se qui me répondrons.
+1

Ca n'a toujours pas changé cette année et c'est encore plus le foutoire ...
Je suis un ancien élève.

*** Partie factuelle ***

Une information peu répandue sur Internet, mais d'importance, est qu'une grande partie des profs sont des élèves. Après un an à SUPINFO, si tu as de bons de résultats, tu peux devenir prof dans un laboratoire (Cisco, ou linux, ou microsoft, ou java,...). Devenir prof apporte un avantage financier car ton année est remboursée (ainsi que les frais dedéplacement pour aller aux autres centres supinfo). Pour les matières concernées (en faitce sont tous les labos: linux, java, cisco, .NET, oracle,...), tu vas tomber sur un très jeune. Là où ça pose problème c'est qu'il y en qui ne le font que pour l'avantage financier et qui ne se donnent pas du mal pour enseigner. Les mecs dans ta classe aujourd'hui sont peut-être sympas, mais est-ce que tu voudrais que ce soient que ce soient qui fassent cours au mec qui sera à ta place l'année suivante? (Il vient e sortir de l'oeuf.)

Matières avec de vrais profs (pas des etudiants): securité (formateur venant tout droit de chez microsoft...), management, intelligence artificielle, anglais.

Si tu te certifies, c'est bien sûr à tes frais. Il n'y a que la formation qui correspond à une certif (et encore). L'épreuve c'est toi qui lapaies si tu veux l'obtenir et l'avoir sur le cv.

*** partie plus perso ***

Quand j'étais SUPINFO, je suivais en même temps des CBT. Et les cours de Microsoft sont franchement allégés. Les cours de Linux sont quant à eux presque inexistants. Tout est fait pour orienter les élèves sur du microsoft (plateforme d'évaluation qui t'oblige à avoir un windows pour commencer, le labo microsoft ne fournit pas de machine virtuelle au format vmware,...). Bref, des contraintes qui feront que tu toucheras peu à Linux et tu vas vite t'habituer à du windows.

Les cours Microsoft et linux et linux m'ont déplu. En revanche, les supports Cisco et Oracle sont biens faits.

Avec l'environnement, je ne connais pas d'école qui fonctionne autrement. C'est-à-dire: c'est à l'élève de chercher et d'apprendre chez lui. Puis, c'est à lui montrer ce qu'il a appris au moment des evaluations. Bien sûr, les cours sont incomplets, et bien sûr aux evaluations il ya des questions sur des choses non expliquées en cours. (d'oùl'importance de ma remarque)

Peut-être que tu apprendras un peu de technique, mais c'est sûr que tu n'auras pas de meilleure de travail après.
Bonjour,
en plus des problèmes déjà cités sur SUPINFO (ce n 'est pas une école d'ingénieurs, les profs sont des élèves, etc...), il faut rajouter que l emploi du temps n est pas tres pedagogique : pour des raisons financieres, il est moins couteux de rembourser les frais de deplacement d un prof que de plusieurs profs sur une seule journee et c est ainsi que des la premiere annee, vous vous retrouvez avec par exemple, 8 heures de droit !!!! ou 8 heures de maths ... vous pouvez imaginer ce que ca donne deja en debut d apres midi !!
Mais ce n est pas grave, finalement SUPINFO a rempli son contrat et a dispense ses cours.

Les personnes dirigeantes sont tout aussi nazes que le programme : quand a la reunion de rentree, vous posez des questions sur le double label (ex. un diplome SUPINFO + une ecole de journalisme, ou autre...), on vous parle de formation tout au long de la vie ..... alors deja là, un grand vide vous envahit En plus, cette dirigeante n etait pas foutue de faire une presentation orale correcte avec des phrases bien construites, dignes de quelqu un qui a fait un minimum d etudes et qui a de l assurance ; parfois la combinaison "sujet-verbe-complement" etait tres basique (ça fait peur....)

Mais revenons à mon sujet cité en l objet : SUPINFO, ce n est qu une pompe a fric !!!
Ne doutez pas, bien au contraire, soyez en convaincu. Scolarité 2008:2009 : 5000 euros - pas de restauration sur place (à Caen) - une ligne de bus et pas situé sur un campus (pas très fun !). 1000 € à verser imperativement avant le 15 janvier pour la reinscription pour l annee suivante. Mais si en février, vous avez decide d arreter pour les raisons citees precedemment, eh bien on vous dit que c est trop tard, que vous aviez 15 jours apres la date limite de versement (soit le 31 janvier) pour reagir !!! passé ce délai, les 1000 euros sont pour SUPINFO. La j avoue que j ai adoré. Alors je m en donne à coeur joie ici : SUPINFO = VOLEURS = M****. Fuyez ! si vous avez un dossier meme moyen, vous avez mieux a faire ailleurs. Meme une fac ordinaire vaudra bien mieux que SUPINFO. A bon entendeur...

Tu veux mieux connaitre supinfo?

http://experience-supinfo.blogspot.com/2007/10/supinfo-les-rois-de-lencaissement.html

http://dokidate.com

https://droit-finances.commentcamarche.com/forum/affich-4052602-remboursement-inscription-supinfo
je suis a supinfo cette année, est pour moi elle reste une bonne formation. J'ai pu m'impliquer dans différents projets et occupe à mon stage un poste d'importance.
Le diplome est RNCP niveau 1 , ce qui qualifie les personne à la sortie de niveau égal est/ou supérieur à celui de master :
"Personnel occupant des emplois exigeant normalement une formation de niveau supérieur à celui de la maîtrise."

http://www.cncp.gouv.fr/cncp/contenus/supp/supp_rncp_niveaux.htm

je trouve cela dommageable est très peu intelligent que des élèves, ou pseudo élève se permette de critiquer l'école.

Je suis d'accord avec momo.

Voir tout les avantages que l'école procure :
- Double diplome possible avec napier university et oxford brookes university.
- Visibilité et mobilité à l'international
- Connaissance d'un ensemble de système d'informations
- Diplome reconnu par l'état ( RNCP niveau1)
- Support associé important

Il est plus facile de critiquer une entité que dans faire son éloge. en tout ce que je peux dire, c'est que je suis bien content d'y être à supinfo !!!
Messages postés
6
Date d'inscription
dimanche 11 octobre 2009
Statut
Membre
Dernière intervention
11 octobre 2009

ben j sais po bcp de chose sur supinfo mais ben moi j suis mnt en 1ère année de ntic (réseau) et j veux avoir des infos sur cette écoles: est c vrai qu'aprés son diplome le travail c'est sure à la france ?!!!

Bonjour,

Je suis sorti en 2008, et j'ai un travail qui me plaît.

Par contre, qu'est-ce que je peux dire sur l'école ?

Et bien si tu as les nerfs solides, et que tu es capable de tenir 3 ans en prenant ton mal en patience, et en supportant toutes les frasques de SUPINFO, à ta sortie, ce que tu auras ne sera pas forcément pire qu'ailleurs. C'est comme ça que je m'en suis sorti, mais j'avoue que purée, ça m'a valu quelques moments vraiment durs à vivre !

Je suis devenu SCT entre autres car j'en avais marre de passer mes cours à surfer sur Internet sans peur de me gameller aux éval (car elles ne représentent pas tes compétences, mais au mieux ta capacité à mémoriser quelques informations très précises). Au bout de quelques temps de ce rythme de "chômeur", j'ai constaté que mon développement personnel était un peu en berne. Je ne pouvais pas rester comme ça, je suis donc devenu SCT.

Cette solution m'allait très bien, car en plus, le côté enseignement m'intéresse beaucoup. Au niveau du développement personnel, j'ai donc passé une année vraiment extra, en tant que SCT ! J'ai fait plus de 500 heures de cours, et ça a été un vrai plaisir ! Par contre, une nouvelle fois, j'ai dû me mettre un peu dans ma bulle vis-à-vis de SUPINFO et de mon labo, et il m'a fallu faire face à des abérrations internes absolument incroyables (j'en suis encore abasourdi !!!), mais ça je laissait filer, car vraiment, je m'éclaitais à donner cours ! Ca a d'ailleurs marché, puisque j'ai été extrêmement bien noté par les étudiants.

Mon explication à cela ? Pas la compétence technique, qui était juste ce qu'il fallait pour donner les cours (je ne travaille même plus dans la technique), mais plus le fait que, pour une fois, ils avaient un SCT qui cherchait à ne larguer personne, ne laissait personne surfer à longueur de temps sur Internet pendant ses cours, et se décarcassait pour qu'en contrepartie, les cours soient intétressants et accessibles à tous, même ceux qui n'étaient pas intéressés par ma techno.

Ca me fait un peu mal de me dire que j'étais un prof pas hyper technophile dans une école d'informatique, mais quand je vois comment les étudiants étaient contents, ça atténue ce sentiment !

Enfin, en dernière année, j'ai décliné la proposition de SUPINFO de continuer en tant que SCT : ils me proposaient 13 semaines de cours d'affilée à 40h de cours / semaine, avec 4 cursus nouveaux... J'ai compris que je serais pas capable de faire des cours de qualité dans ces conditions, d'autant plus que pour les 4 cursus nouveaux, fallait que je les apprenne seuls, comme c'est un peu toujours le cas... Je suis donc redevenu étudiant. A partir du moment où je ne suis pas capable de faire mon travail avec un niveau de qualité minimum, je considère qu'il est de ma responsabilité de décliner (ici, je ne pouvais pas me permettre de me présenter en tant que prof à des étudiants en sachant que je ne comprenait rien à ce que je disais).

En conclusion : faut avoir des nerfs d'acier, savoir prendre les vagues, et avoir une vie bien équilibrée en dehors du taf, sinon, c'est la misère, et tu arrives sur le marché du travail complètement vidé ! J'ai eu cette chance, mais tout le monde ne l'a pas, et je suis assez triste pour les étudiants qui entrent encore à SUPINFO, car je sais qu'ils vont pas mal déguster à cause de problèmes organisationnels.

Je ne veux pas être une critique gratuite de plus envers SUPINFO, car au final, voir comment c'était le bazar dans cette école m'a appri plein de trucs à éviter qui me servent tous les jours... Mais faut savoir prendre du recul, et c'est chaud !

A toi de voir ce que tu es capable de supporter... Bon courage en tous cas !