Texte manuscrit vers texte informatique [Résolu/Fermé]

Signaler
-
 m13 -
Bonjour ,
Existe-t-ilun logiciel transformant (par l'intermédiaire du scanner ou...)un document manuscrit en texte style word, works ou autre traitement de texte?
merci

2 réponses

Timgad: « la » ville romaine! Tous les lycéens qui pâlissent sur leur Histoire devraient pouvoir visiter Timgad. En une heure, ils auraient tout compris : l'Ordre romain, la Puissance romaine, la Paix romaine, la Jouissance romaine..., et subitement plus rien, rien que le silence et la mort, l'Empire rayé et, là-bas, un squelette de ville parfaitement décharné que survolent les aigles surgis des montagnes proches.Pompéi nous est restituée grâce à la chape de cendres qui la recouvrit. Ici, c'est le sable mais plus encore l'oubli qui nous valent de découvrir cette ossature parfaite, cette ville ramenée à l'impersonnalité d'une épure d'architecte. En 1765, un voyageur anglais signale quelque chose...

Mais ce n'est qu'en 1880 que l'on commence à dégager l'antique Timgad. Aujourd'hui, les rues dallées sont propres, comme balayées chaque matin ; les places, les patios, les maisons semblent attendre les plombiers qui raccorderont les canalisations, les maçons qui rehausseront quelque peu les murs, les couvreurs qui replaceront les toits qu'une tornade venue de l'Aurès a sans doute emportés la nuit dernière... La montagne est là, bloquant l'horizon. L'hiver, de grandes traînées de neige descendent jusqu'aux portes de la ville. Et le vent siffle à travers la forêt de colonnes ébréchées, tourbillonne dans la conque du théâtre, creuse davantage le sillon laissé par les chars sur les dalles des rues rectilignes, s'engouffre sous les arches de la porte de Trajan pour se perdre dans l'immensité des labours qui commencent aux limites de la cité. L'air est pur à 1100 m d'altitude, même au gros de l'été. Les ombres sont denses, les arêtes vives, les plaies de la pierre apparentes. Mille fûts de calcaire brun ou de marbre gris semblent jaillir d'un seul élan vers le ciel d'un bleu profond. Il n'y en a pas deux de semblables. Une cannelure, une brisure, une blessure qui lui est propre fait de chaque colonne un témoin personnalisé de la mort de Timgad.

La retraite du guerrier
L'Aurès, on le sait, a toujours été le foyer indomptable dont eurent à pâtir envahisseurs et colonisateurs, le centre de toutes les rébellions. Espérant faire la part du feu, c'est-à-dire préserver les colons installés en Numidie du Nord, en bloquant dans leurs montagnes les redoutables Aurésiens, Rome fonde Lambèse, place militaire considérable que vient tenir un corps d'élite, la Legio Tertia Augusta. Mais au soldat, même d'élite, il faut des loisirs, et, la retraite venue, l'Etat doit lui donner une terre qu'il cultivera pour la gloire de Rome. De ces deux impératifs est née Timgad, sur le plateau, à moins de 20 km de là, par ordre de Trajan, à la fin du Iersiècle Thamugadi devint lieu de résidence, de détente, de repos. La somptuosité des mosaïques retrouvées suffirait à dépeindre l'aisance, le raffinement, voire le luxe, qui régnèrent ici. Le dallage de l'auberge incitait le consommateur à commander gibier, fruits rares, gâteaux savants et même, en ce coin perdu des plateaux, langoustes, palourdes, fruits de mer comme à Carthage... Le théâtre, mais plus encore la bibliothèque (dont on ne connaît d'équivalent qu'à Ephèse, en Asie mineure) montrent une société également avide de culture. L'arrivée du christianisme et surtout l'hostilité féroce qui se développe rapidement entre catholiques, donatistes, arianistes sont un ferment de troubles. Eglises et basiliques rivales se construisent et se succèdent au long de ces premiers siècles. Mais ce n'est qu'au Ve que les tribus descendues des Aurès prennent une revanche longuement mûrie. La ville romaine est détruite.Les Byzantins, dans leur tentative méritoire mais éphémère de restauration de l'Empire, relèvent Thamugadi. Salomon, général de Justinien, fait de l'ancienne ville de plaisir romaine une place forte. Une forteresse impressionnante est construite au sud, face aux montagnes. Mais au VIIe siècle, tout se termine ; le silence tombera définitivement sur la ville.

Somptueuses mosaïques
A gauche de l'allée d'accès à la ville antique, un bâtiment précédé d'un vaste parvis où ont été dressées d'élégantes colonnes cannelées abrite un musée aux curiosités exceptionnelles. En premier lieu, des mosaïques d'une finesse d'exécution et d'une richesse de composition égales à celles que l'on peut voir en Tunisie, à DEL gem notamment, et qui sont réputées être les plus belles du monde.Certaines compositions géométriques où s'entremêlent les rinceaux, où éclatent des sœurs de fleurs, où les pampres encadrent un motif à personnages, ont toutes les qualités d'une noble tapisserie, avec, en plus, l'éclat de la céramique vernissée. Elles sont une centaine à être exposées, et il faudrait pouvoir les détailler toutes. La plupart sont prodigieuses. Dans des salles annexes. on peut voir de multiples objets trouvés sur place : heurtoirs de portes, poteries, amphores, jeux en os, boites à fards, vases et statuettes de bronze et même de vulgaires clous forgés voici près de deux mille ans...Contre le mur du musée et en bordure d'allée, de nombreuses stèles votives dédiées à Saturne (motif du bélier) ont été dressées. Les petits personnages qui les ornent sont toujours expressifs et souvent cocasses, nous apportant, en direct pourrait-on dire, le sourire des lointains habitants de Thamugadi.La ville n'est pourtant pas tellement étendue. Elle est circonscrite dans un carré de 355 m de côté coupé par deux voies principales se croisant au centre près du forum. Les constructions extérieures sont pour la plupart des thermes ou des édifices de l'époque chrétienne. Vers l'est, au-delà de la porte de Trajan, les maisons d'un faubourg commerçant bordent l'ancienne route de Lambèse qui descend vers une dépression du plateau. Aucun édifice moderne ne vient détruire cette rare harmonie. Les points saillants de la visite sont constitués par la bibliothèque de plan semi-circulaire, avec ses niches à classement pour les volumes, le forum entouré de portiques surélevés, le théâtre, qui est un remarquable belvédère, surtout lorsque le soleil couchant vient allonger démesurément l'ombre des centaines de colonnes.L'arc de Trajan se dresse dans cette même direction. A l'extérieur de la ville, il faut s'attarder devant le temple du Génie de la Colonie (à droite de l'arc de Trajan) qui se signale par deux splendides colonnes corinthiennes encore reliées par une architrave. De l'autre côté de la voie se tenait le marché de Sertius, du nom d'un dignitaire provincial qui fit don de cette belle construction à sa ville. A peu de distance, dans la même direction, le Capitole, temple majeur enclos de murs, où l'on vénérait les dieux garants de l'unité de l'Empire Jupiter, Junon, Minerve. Le temple occupe le fond d'une esplanade dallée large de plus de 100 m et entourée de portiques aux hautes colonnes. Nettement à l'extérieur de l'agglomération, se dresse le fort byzantin, massive construction rectangulaire, véritable ville close flanquée de tours de défense. En revenant vers le nord par un sentier derrière le Capitole, on parvient à un ensemble d'édifices flanquant une vaste basilique et qui devait constituer le palais épiscopal de l'évêque donatiste. Le baptistére avec sa cuve hexagonale à trois degrés, recouverte d'une mosaïque intacte, évoque l'importance de cette église dissidente qui tint concile ici même et contre laquelle fulmina l'évêque d'Hippone, le futur saint Augustin.
3
Merci

Quelques mots de remerciements seront grandement appréciés. Ajouter un commentaire

CCM 63550 internautes nous ont dit merci ce mois-ci


Salut !
Oui ça existe. Ces logiciels sont souvent vendus avec un scanner.